Vous êtes ici

Tarif du gaz en 2013

Le gaz naturel jusqu'à 15% moins cherFaites jouer la concurrence entre les fournisseurs de gaz pour réduire votre facture.
09 75 18 42 80  
rappel gratuit


Payer son gaz moins cher ?09 75 18 42 80  
Rappel gratuit


Les tarifs du gaz en décembre 2013

Tarif Abonnement mensuel Prix du kWh Zone 1 Prix du kWh Zone 2 Prix du kWh Zone 3 Prix du kWh Zone 4 Prix du kWh Zone 5 Prix du kWh Zone 6
Base 4,85
0,1025
B0 5,85
0,0867
B1 et B2I 17,89
0,0568
0,0575
0,0582
0,059
0,0597
0,0604

€TTC ; Base : 0-1000 kWh de consommation annuelle (cuisson seule) ; B0 : 1000-6000 kWh de consommation annuelle (chauffe-eau) ; B1 et B2I : >6000 kWh de consommation annuelle (chauffage)

Les évolutions tarifaires intervenues en 2013​

Janvier Février Mars Avril Mai Juin
2,40% -0,50% -0,30% -0,60% Stagnation -0,60%
Plus d’infos Plus d’infos Plus d’infos Plus d’infos Plus d’infos Plus d’infos

Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre
0,50% -0,45% -0,18% Stagnation 0,63% -0,13%
Plus d’infos Plus d’infos Plus d’infos Plus d’infos Plus d’infos Plus d’infos

Evolution globale : une légère hausse des tarifs réglementés du gaz

Janvier

C’est le mois de janvier qui a marqué la hausse la plus importante, un reliquat de la hausse qui aurait dû intervenir sur les trimestres précédents. Janvier 2013 est également un tournant majeur pour les modalités d’évolution des tarifs, qui ont été revues en profondeur à partir de cette date.

Les légères baisses successives en cours d’année

En cours d’année, les indices économiques sur lesquels sont indexés les tarifs réglementés du gaz (prix des produits pétroliers, prix du gaz sur les marchés spot, parité euro/dollar) ont évolué dans un sens favorable aux consommateurs sur la période de référence. C’est cette érosion des coûts d’approvisionnement en gaz de GDF Suez qui a permis de faire baisser la facture sur les mois de février, mars, avril, juin, août, septembre et décembre 2013.

La hausse des coûts hors approvisionnement de juillet

Le mois de juillet a marqué la révision annuelle des coûts hors approvisionnement de GDF Suez. C’est à cette occasion que les hausses de tarif nécessaire à la couverture des coûts des filiales de GDF Suez en charge du transport, de la distribution et du stockage du gaz sont réévalués, toujours à la hausse. Les coûts de commercialisation du gaz du fournisseur historique ont également une tendance haussière en raison des coûts de personnels et de systèmes d’informations.

Bilan global : accalmie sur le front de la hausse des prix du gaz en 2013

Au final, la hausse reste donc modérée pour le consommateur de gaz sur l’année 2013 en comparaison des années 2010 (+9,7% en avril 2010, +5,1% en juillet 2010), 2011 (+5,2% en avril 2011 puis gel annulé par la suite) et 2012 (+4,4% en janvier 2012, +2% en juillet 2012, +2% en octobre 2012).

La formule tarifaire de 2013

Une partie importante des hausses des tarifs du gaz sont liées à l’augmentation des coûts d’approvisionnement en gaz de GDF Suez. L’appréciation de ces coûts et leur répercussion sur le consommateur final passe par la définition d’une formule tarifaire appliquée chaque mois pour déterminer la hausse ou la baisse des tarifs réglementés.

Une nouvelle formule tarifaire

A partir de janvier 2013, l’évolution est en effet mensuelle et non plus trimestrielle. L’un des objectifs du gouvernement Ayrault était de donner un caractère routinier et modéré aux évolutions afin d’éviter d’en faire des événements médiatiques difficiles à gérer politiquement en période de hausse de prix. Par ailleurs, le gouvernement a renforcé l’indexation des tarifs du gaz sur les prix spot du gaz naturel (contrats futurs sur le hub néerlandais TTF), plus favorablement orientés que l’indexation traditionnelle sur les prix des produits pétroliers. Comme ces prix spots sont plus volatiles, la période de référence sur laquelle sont appréciés les indices sous-jacents à la formule tarifaire a été allongée de 6 à 8 mois.

2013 ou la fin de la polémique permanente sur la hausse des tarifs du gaz

Cette révision de la formule tarifaire a pour principal mérite d’avoir mis un terme à une période de conflictualité entre le gouvernement qui imposait un gel des prix du gaz pour des raisons politiques (sous les périodes Fillon et Ayrault en 2011 et 2012) et les fournisseurs de gaz qui contestaient la légalité de ces décisions et ont obtenu à plusieurs reprises gain de cause dans leur demande d’annulation de gels de tarifs. Aidée par un contexte moins propice à l’inflation des prix du gaz que les années précédentes, la formule tarifaire dans sa version 2013 a donc pacifié les relations entre les consommateurs, les fournisseurs et les autorités politiques.

Des offres à prix de marché plus attractives en 2013 et un décollage de la concurrence

Un renforcement de la concurrence a été constaté tout au long de l’année 2013, avec des offres plus compétitives proposées par les fournisseurs alternatifs. Direct Energie a créé l’évènement en octobre 2013 en baissant le tarif de son offre phare à -7% de réduction par rapport aux tarifs réglementés en vigueur pour une souscription deux énergies (offre Directe). Direct Energie a également créé une nouvelle offre tout en ligne (baptisée Online) offrant 10% de réduction sur le prix du kWh par rapport aux tarifs réglementés en vigueur pour les consommateurs acceptant quelques contraintes. Par ailleurs, un appel d’offres lancé par l’UFC Que Choisir a été lancé en 2013 pour choisir le fournisseur alternatif Lampiris. Il en est ressorti une offre spéciale associant les deux entités proposant de très intéressantes réductions sur le prix du kWh.

La plupart des acteurs en présence ont donc montré leur volonté d’accélérer leur politique de recrutement de nouveaux clients. EDF reste le premier fournisseur alternatif de gaz en nombre de clients, bénéficiant d’un large portefeuille de clients électricité facile à prospecter et d’une image de marque qui lui permet de s’imposer sans nécessairement proposer les offres les moins chères. Eni vient un peu plus loin, avec 230 000 clients en juillet 2013 et une ambition (revue à la hausse) de porter le portefeuille à 650 000 sites en 2015. Direct Energie est très proche avec 227 000 clients gaz en décembre 2012 et des prix en baisse pour accélérer la croissance.

Partager sur Facebook  Partager sur Twitter  Partager sur Google Plus